EDK CDIP CDPE CDEP
EDK CDIP CDPE CDEP

Communiqué de presse du 22.9.2015

Formation médicale: les cantons appellent à la coordination

Berne, le 22 septembre 2015. Le Comité de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique attend de la Confédération qu'elle fasse preuve de concertation pour la suite de l'extension du nombre de places d'études en médecine. Le devoir de coordination dans les domaines particulièrement onéreux est inscrit dans la nouvelle loi sur l'encouragement et la coordination des hautes écoles (LEHE).

La Confédération entend allouer 100 millions de francs pour soutenir l'augmentation du nombre de places d'études en médecine durant la période FRI 2017–2020. Le Comité de la CDIP a écrit au chef du Département de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR) pour lui faire part de sa position.

Le Comité de la CDIP se félicite expressément de ce que la Confédération ait l'intention d'allouer des ressources supplémentaires à l'extension des capacités de formation dans le domaine de la médecine humaine. Ces dernières années, plusieurs cantons ont en effet déjà sensiblement augmenté le nombre de places proposées dans leurs facultés de médecine, et le signal donné à son tour par la Confédération est important. Sans compter que d'autres cantons envisagent également d'introduire dans leur palette de formations une partie du cursus médical, tout comme l'EPFZ, qui vient de communiquer sa décision.

Afin que les ressources fédérales supplémentaires puissent avoir un effet durable, il est nécessaire que la Confédération et les cantons se concertent, ainsi que l'exige la loi sur l'encouragement et la coordination des hautes écoles (LEHE), entrée en vigueur le 1er janvier 2015, pour les domaines d'études particulièrement onéreux. Veiller à la coordination et donc à une répartition judicieuse des tâches dans ces domaines relève en effet – en première application de la LEHE – de la compétence du Conseil des hautes écoles, qui est l'un des organes communs nouvellement créés.

L'appel à projets tel qu'il est prévu actuellement par la Confédération ne le permettra pas. Les objectifs poursuivis et les ressources investies en conséquence sont encore trop flous aux yeux du Comité de la CDIP. Ce dernier est ouvert à la création de nouveaux modèles ou de nouveaux sites de formation, mais il estime qu'un développement de cette ampleur doit faire l'objet d'une coordination et de précautions accrues afin de rester finançable à long terme, même ultérieurement à la période FRI 2017–2020. Il compte en outre sur le fait que la Confédération libère dès le départ des ressources supplémentaires pour financer ce programme spécial, car cela ne saurait se faire au détriment des contributions allouées aux autres branches universitaires, aux hautes écoles spécialisées ainsi qu'à la formation professionnelle.

Editeur:
Service de presse du Secrétariat général de la CDIP
+41 (0)31 309 51 11

 

Pour en savoir plus

Service de presse du Secrétariat général de la CDIP
+41 (0)31 309 51 11