EDK CDIP CDPE CDEP
EDK CDIP CDPE CDEP

Communiqué de presse du 31.10.2014

Stratégie des langues de la CDIP confirmée

Bâle, le 31 octobre 2014. Lors de son assemblée annuelle à Bâle, la CDIP a mené, en présence du conseiller fédéral Alain Berset, une discussion sur l'enseignement des langues. Le modèle 3e/5e (5e/7e HarmoS), qui prévoit l'enseignement d'une deuxième langue nationale et de l'anglais dès le degré primaire, est actuellement appliqué dans 23 cantons, et la CDIP entend continuer à œuvrer pour une solution intercantonale allant dans ce sens. Elle invite les gouvernements et parlements cantonaux à contribuer à une solution coordonnée dans le domaine de l'enseignement des langues, conformément à leur mandat constitutionnel, et à prendre en considération le fait que, dans un pays plurilingue comme la Suisse, les langues nationales ne doivent pas être négligées.

Suite à diverses interventions politiques dans quelques cantons concernant l'enseignement des langues, la CDIP a mené une discussion sur sa stratégie des langues de 2004 à l'occasion de son assemblée plénière. Lors d'un point de presse organisé à Bâle, le conseiller d'Etat Christoph Eymann (BS), président de la CDIP, a présenté, aux côtés de la conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon (VD), présidente de la Conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP) et du conseiller d'Etat Stefan Kölliker (SG), président de la Conférence des directeurs de l'instruction publique de Suisse orientale (EDK-Ost), les éléments les plus importants de cette discussion:

  • L'enseignement de deux langues étrangères dès le degré primaire fait partie des éléments inscrits dans la stratégie sur les langues adoptée en 2004 par la CDIP et est actuellement appliqué dans 23 cantons. Les cantons de la région Passepartout (BE, BL, BS, FR, SO, VS) et les cantons romands n'ont cependant avancé l'enseignement de l'anglais en 5e année (7e HarmoS) que très récemment ou doivent encore le faire (VD 2015/2016). Ainsi, même si la majorité des cantons a déjà introduit aujourd'hui le modèle 3e/5e (5e/7e HarmoS), la mise en œuvre de ce dernier n'est pas encore terminée. Il faut du temps pour qu'un enseignement plus précoce des langues – dont la mise en place exige beaucoup d'efforts et d'investissements – puisse faire ses preuves dans la pratique, pour que ses effets puissent être évalués et pour que des améliorations puissent, si nécessaire, être apportées. Ce serait donc une erreur que de procéder maintenant à des changements.
  • Les interventions politiques demandant dans quelques cantons une modification du modèle 3e/5e (5e/7e HarmoS) n'ont, jusqu'à ce jour, abouti à aucune décision définitive ni à aucun changement dans la pratique.
  • Pour soutenir les cantons sur le plan de la mise en œuvre, la CDIP entend lancer, avec la Confédération, un programme national d'échanges destiné aux enseignantes et enseignants, de façon à leur offrir la possibilité de travailler par exemple pendant un an dans une école d'une autre région linguistique. La CDIP compte également élaborer, avec les associations professionnelles des responsables d'établissement et des enseignantes et enseignants, des recommandations pour la mise en œuvre de l'enseignement des langues dans la pratique.
  • En 2015, la CDIP dressera un bilan global de l'harmonisation de la scolarité obligatoire, ce qui inclura également l'enseignement des langues. S'il s'avère alors que les cantons n'ont pas atteint une harmonisation suffisante en ce qui concerne l'enseignement des langues, la coordination dans ce domaine devra dans ce cas être assurée d'entente avec les organes fédéraux concernés.

Editeur:
Service de presse du Secrétariat général de la CDIP
+41 (0)31 309 51 11

 

Pour en savoir plus

Contact

Service de presse du Secrétariat général de la CDIP
+41 (0)31 309 51 11