EDK CDIP CDPE CDEP
EDK CDIP CDPE CDEP

Offres de soutien destinées aux allophones

Degré(s) concerné(s) Ecole enfantine (années 1-2)
Degré primaire (années 3-8)
Degré secondaire I
Formation professionnelle initiale (partie école) 
Contexte national
Les classes hétérogènes sur les plans culturel et linguistique exigent un enseignement différencié. Elles offrent des défis didactiques et méthodologiques. Les efforts consentis par les cantons et les communes procèdent de plusieurs recommandations émises par la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP). L'objectif en amont des principes énoncés est la meilleure intégration possible des enfants issus de la migration dans le système éducatif tout en préservant leurs langues et leurs cultures d'origine. L'accord intercantonal sur l'harmonisation de la scolarité obligatoire (concordat HarmoS) stipule que les cantons signataires apportent, par des mesures d'organisation, leur soutien aux cours de langue et de culture d'origine (cours LCO) organisés par les pays d'origine et les différentes communautés linguistiques.

Diverses mesures existent pour soutenir les enfants et les jeunes allophones: selon les cas, les nouveaux arrivants sont scolarisés dans un premier temps dans des classes d'accueil, qui les préparent à fréquenter l'école ordinaire. Dans les cantons où il n'y a pas de classes d'accueil, ils fréquentent les classes ordinaires avec le soutien d'enseignants itinérants. Souvent, les élèves allophones ne fréquentent la classe d'accueil que pour certaines branches. Des offres spéciales sont proposées aux élèves du degré secondaire I nouveaux arrivants afin de faciliter leur passage vers la formation professionnelle ou vers une école du secondaire II. Des programmes d'intégration spécifiques aident par exemple les jeunes à se choisir une profession et à s'intégrer dans le monde du travail. 

1. Principaux résultats

Droit à un soutien dans la langue d'enseignement:
Les élèves allophones ont droit à un tel soutien aux niveaux de l'école enfantine (années 1-2), primaire (années 3-8) et secondaire I dans presque la totalité des cantons. Il s'agit le plus souvent d'un droit à des cours d'appui complémentaires à l'enseignement ordinaire. Le droit à un soutien dispensé dans des classes réservées aux élèves allophones (classes d'accueil) est moins répandu (pour l'école enfantine (années 1-2), il n'existe que dans quelques cantons, au niveau primaire (années 3-8) dans tout juste la moitié et au niveau secondaire I, dans un peu plus de la moitié des cantons). Dans les écoles professionnelles, la moitié des cantons environ ne connaissent pas de prétention légale des personnes en formation à un soutien dans la langue d'enseignement.

Prétention maximale:
Le volume maximal de ce soutien varie en fonction de sa nature: on trouve aussi bien des offres concentrées (de quelques semaines à quelques mois), comprenant un grand nombre de cours par semaine, que des offres à plus long terme (de une à plusieurs années) mais avec un petit nombre de cours par semaine (souvent de 1 à 3 cours).

2. Résultats détaillés

Question(s) posée(s) dans l'enquêteDonnées brutes
Les élèves allophones peuvent-ils légalement prétendre à un soutien dans la langue d'enseignement?  Droit des enfants allophones à des offres de soutien:
école enfantine / années 1-2
degré primaire / années 3-8
degré secondaire I
formation professionnelle initiale (partie école) 
A quoi les élèves peuvent-ils exactement prétendre, au maximum, comme cours supplémentaires dans la langue d'enseignement (p. ex. 2 cours hebdomadaires pendant une année)? Etendue des offres de soutien destinées aux enfants allophones:
école enfantine / années 1-2
degré primaire / années 3-8
degré secondaire I
formation professionnelle initiale (partie école)