EDK CDIP CDPE CDEP
EDK CDIP CDPE CDEP

Brève description du système éducatif suisse

Le système d'éducation d'un pays plurilingue et fédéraliste

En Suisse, l'éducation est du ressort de l'Etat, de l'entrée à l'école (école enfantine comprise) au degré tertiaire (hautes écoles et formation professionnelle supérieure). Elle relève principalement des 26 cantons. Le postobligatoire (formation générale, formation professionnelle, hautes écoles) est placé sous la responsabilité commune de la Confédération et des cantons, qui y ont chacun leurs compétences propres. Les cantons et leurs communes financent plus de 80% des dépenses d'éducation réalisées par les pouvoirs publics.

Scolarité obligatoire

En Suisse, la majorité des élèves (95%) accomplissent leur scolarité obligatoire à l'école publique de leur commune de domicile. Ils sont 5% à fréquenter une école privée.

L'école publique remplit une fonction primordiale dans l'intégration puisque les enfants qui la fréquentent proviennent de milieux sociaux, linguistiques et culturels différents.

La scolarité obligatoire relève de la compétence des cantons. Les communes organisent le fonctionnement des écoles au quotidien. Le fort ancrage local facilite la mise au point de solutions sur mesure. La fréquentation de l'école publique est gratuite.

Durée des degrés scolaires: Tous les cantons offrent un enseignement préscolaire gratuit (école enfantine, Kindergarten) d'un à deux ans, voire trois dans le canton du Tessin (scuola dell'infanzia). D'ici quelques années, la fréquentation de l'école enfantine pendant deux ans sera devenue obligatoire dans la majorité des cantons; c'est déjà le cas dans quatorze cantons.

En comptant la fréquentation de l'école enfantine, la durée totale de la scolarité obligatoire est de onze ans, les enfants commençant leur scolarité à l'âge de quatre ou cinq ans. Le degré primaire, école enfantine incluse, va donc de la 1re à la 8e année scolaire; il est suivi du degré secondaire I, qui dure trois ans et va de la 9e à la 11e année scolaire. Trois cantons (Argovie, Bâle-Campagne et Bâle-Ville) ont encore une structure différente, mais eux aussi passeront prochainement à un degré secondaire I en trois ans. Seul le canton du Tessin conservera son degré secondaire I (scuola media) en quatre ans.

Au degré secondaire I, les élèves sont répartis dans des cours à niveaux pour toutes les matières enseignées ou pour une partie d'entre elles. On trouve différentes formes d'organisation.

Langues: La langue d'enseignement est celle de la région linguistique, à savoir le français, l'allemand, l'italien ou le romanche, la situation étant particulière dans les communes romanches (pour en savoir plus). En Suisse, l'apprentissage des langues joue traditionnellement un rôle important. Dans la majorité des cantons, tous les élèves bénéficient de l'enseignement d'au moins  deux langues supplémentaires (une deuxième langue nationale et l'anglais) pendant la scolarité obligatoire.

Harmonisation: L'organisation fédéraliste et décentralisée de la scolarité obligatoire (école enfantine comprise) est une réponse appropriée aux différences culturelles d'un pays plurilingue et à ses traditions scolaires régionales. D'après la Constitution fédérale, l'âge d'entrée à l'école, l'obligation scolaire, la durée et les objectifs des niveaux d'enseignement et le passage de l'un à l'autre doivent être harmonisés. Les cantons ont posé les bases de la réalisation de ce mandat constitutionnel en concluant un nouvel accord intercantonal (harmonisation de la scolarité obligatoire).

Education postobligatoire

Dans le postobligatoire (degrés secondaire II et tertiaire), les offres de formation ont en règle générale pour base légale des réglementations intercantonales ou fédérales. Les cantons sont responsables de l'application de ces dispositions et des écoles situées sur leur territoire. Seules exceptions, les écoles polytechniques fédérales, qui dépendent de la Confédération.

90% des jeunes en Suisse obtiennent vers 18/19 ans un diplôme du niveau secondaire II. Ce diplôme leur permet d'entrer directement dans la vie professionnelle, d'accéder à une école professionnelle supérieure ou, s'ils sont porteurs d'une maturité, de poursuivre leur formation auprès d'une haute école.

Le système suisse de formation se distingue notamment par

  • son haut degré de perméabilité: plusieurs voies s'offrent à qui veut se former, changer d'école ou de formation ou rattraper une formation.
  • son accès ouvert aux diverses offres de formation: si elle a les qualifications nécessaires, toute personne peut suivre la formation de son choix et, dans le cas des hautes écoles, déterminer également le lieu de formation de son choix. Les quelques limitations qui existent sont dues, pour la formation professionnelle, à l'offre de places d'apprentissage et, pour les études de médecine, au numerus clausus pratiqué dans certaines hautes écoles universitaires.