EDK CDIP CDPE CDEP
EDK CDIP CDPE CDEP

Communiqué de presse 8.11.2005


Assemblée annuelle de la CDIP: davantage d'activité physique à l'école

Berne, le 8 novembre 2005. A l'occasion de l'Année du sport proclamée par l'ONU, les directrices et directeurs cantonaux de l'instruction publique ont adopté une déclaration sur l'éducation au mouvement et la promotion de l'activité physique à l'école. L'objectif est de favoriser toutes les activités du quotidien scolaire qui font une large place au mouvement et d'investir plus encore dans l'aspect qualitatif de l'éducation physique. Comme l'atteste une enquête récente, face au reproche infondé qui leur est adressé, les cantons respectent les trois périodes obligatoires imposées par la Confédération.

L'Assemblée plénière s'est également penchée sur d'autres dossiers importants. Sur la question des langues, la CDIP a confirmé la décision, adoptée en mars 2004, pour l'enseignement de deux langues étrangères à partir de l'école primaire. Et dans le domaine de la formation des enseignantes et enseignants, la CDIP a retravaillé les règlements de reconnaissance des diplômes et les a adaptés au système de Bologne.


Réunis en assemblée plénière à la fin du mois d'octobre à Morat, les 26 directrices et directeurs cantonaux de l'instruction publique ont adopté une déclaration sur l'éducation au mouvement et la promotion de l'activité physique à l'école, dont voici les éléments principaux:

  • L'éducation au mouvement et la promotion de l'activité physique relèvent du mandat d'éducation de l'école, elles favorisent la promotion de la santé et concourent au développement de la personnalité.
  • L'activité physique à l'école n'est pas synonyme uniquement de cours de sport, mais recouvre toutes les activités du quotidien scolaire qui font une large place au mouvement, telles que les activités physiques pendant les pauses, les journées sportives ou les courses d'école, sans oublier la promotion de l'activité physique intégrée dans d'autres cours (musique, rythmique). La CDIP élargit et approfondit ainsi un débat qui se cantonne souvent à l'aspect purement quantitatif (trois périodes obligatoires) de l'enseignement du sport. Elle préconise une démarche globale en matière d'éducation au mouvement et de promotion de l'activité physique à l'école tout en soutenant un investissement dans la qualité, et ce à trois niveaux: la formation des enseignantes et enseignants, l'éducation physique, et la création de programmes cantonaux du sport.
  • Les cours d'éducation physique proprement dits comprennent déjà les trois périodes hebdomadaires prévues dans le programme, mais également d'autres manifestations obligatoires telles que journées sportives et tournois scolaires. Un récent sondage auprès des cantons a mis en évidence que les trois périodes obligatoires sont partout une réalité à l'école primaire. Cela s'applique également au degré secondaire I, exception faite du canton d'AI, qui dispense deux périodes hebdomadaires dans la filière à exigences élémentaires. Dans les écoles de formation générale du degré secondaire II, cette condition est totalement satisfaite dans vingt cantons, avec quelques restrictions dans cinq autres et ne l'est pas du tout dans un seul canton. Le reproche formulé ici ou là que, d'une manière générale, les cantons ne respecteraient pas les trois périodes obligatoires est donc injustifié.
  • La campagne visant à promouvoir l'activité physique à l'école est actuellement appliquée dans plusieurs cantons. La CDIP s'en félicite et elle entend, dès que ces projets auront été évalués, adopter à l'intention de tous les cantons des recommandations dans ce sens.
  • L'école est tributaire du soutien apporté par des partenaires extrascolaires si elle veut mettre en œuvre l'éducation au mouvement et la promotion de l'activité physique et atteindre les objectifs qu'elle s'est fixés: en plus des clubs et des associations, l'école a besoin de parents prêts à motiver leurs enfants à faire de l'exercice et à les soutenir dans cette démarche.
  • Promouvoir le sport d'élite ne peut pas en revanche être une tâche de l'école. La promotion sportive des jeunes talents incombe aux associations sportives. Les cantons y contribuent déjà aujourd'hui en proposant des écoles ou des classes sport-études et en ayant développé à cet effet une convention sur les écolages.

Deux langues étrangères au degré primaire: les cantons confirment leur

A l'occasion de leur assemblée plénière, les directrices et directeurs cantonaux de l'instruction publique ont discuté de la mise en œuvre de la décision sur les langues du 25 mars 2004. Ils ont pris connaissance avec satisfaction de la ferme intention témoignée par tous les gouvernements cantonaux d'appliquer ladite décision (à deux exceptions près: AI, une langue étrangère seulement au degré primaire; NW, décision du Parlement en faveur d'une langue seulement, contre la proposition du gouvernement). Et c'est avec non moins de satisfaction que la CDIP a pris acte que, le 11 juin 2005, l'assemblée des délégués d'ECH, l'organisation faîtière des enseignantes et enseignants suisses, a rejeté clairement, avec deux tiers des voix, une proposition préconisant le modèle 3/7. De plus, le fait que l'association des enseignantes et enseignants primaires - qui sont concernés au premier chef - soutient le modèle choisi par la CDIP, c'est-à-dire deux langues enseignées à l'école primaire (3/5), revêt une importance toute particulière aux yeux de la CDIP.

Les directeurs et directrices de l'instruction publique sont également heureux que les experts en linguistique, en pédagogie et en neurolinguistique fassent part devant un public de plus en plus large de leur soutien à la stratégie de la CDIP.

La mise en œuvre de la stratégie des langues exigeant des conditions cadre appropriées, un plan de travail avait été adopté de pair avec la décision du 25 mars 2004. Ce plan, désormais en phase opérationnelle, prévoit la création à l'échelon national de plusieurs instruments destinés à soutenir les cantons, comme le développement de standards pour la langue locale et pour les langues étrangères (dans le cadre d'HarmoS) et le portfolio européen des langues. Un premier portfolio, destiné aux jeunes dès 15 ans et aux adultes (PEL III), avait été lancé en 2001 par la CDIP avec divers partenaires. Un deuxième portfolio, pour les enfants et les jeunes de 11 à 15 ans (PEL II), vient d'être publié fin septembre 2005 par la CDIP, et un troisième, adapté aux enfants de l'école primaire (PEL I), suivra en 2007.

Formation des enseignantes et enseignants: règlements adaptés au systè

La CDIP a adapté aux critères de la déclaration de Bologne et à la pratique courante les règlements concernant la reconnaissance à l'échelon national des diplômes d'enseignement pour les degrés préscolaire et primaire, secondaire I, pour les écoles de maturité ainsi que les diplômes d'enseignement spécialisé, de logopédie et de psychomotricité. Les formations sont aujourd'hui organisées en filières de bachelor et de master et correspondent à des crédits ECTS, conformément à la déclaration de Bologne. Les nouveaux règlements seront prochainement disponibles sur le site web de la CDIP.


Editeur:
Service de presse du Secrétariat général de la CDIP, tél. 031 309 51 11